8 leçons (conseils?) après 10 ans en affaires

8 leçons (conseils?) après 10 ans en affaires

Vous êtes la moyenne des 5 personnes que vous côtoyez le plus

 

Savoir s’entourer.

Je l’ai appris à la dure : J’étais extrêmement mal entouré. Les bons amis se comptent par centaines quand vous faites des sous, avez une belle voiture et payer (trop souvent) la facture au bar ou au restaurant. Qui sont ceux et celles qui seront prêts à traverser le désert avec vous quand vous cesserez de payer la facture ? Qui prendrait une balle pour vous ? Si vous n’avez plus d’argent, vos ‘’amis’’, vos collègues vont vous lancer une bouée de sauvetage ou vont s’appuyer sur votre tête pour confirmer la noyade ? Entourons-nous des ‘’givers’’, (oui j’en suis un !) évitons les ‘’takers’’.

Je dois aussi mentionner les professionnels qui vous entourent. Sont-ils des vautours ou des guerriers qui veulent votre succès ? En tant qu’ancien client du plus grand cabinet d’avocats du Québec, quelle ne fut pas ma surprise de me faire poursuivre par l’avocat qui, quelques semaines auparavant, m’invitait tout sourire dans de somptueuses soirées, loge privée, alcool et nourriture à volonté ! 5 000$ pour un communiqué de presse qui touche environ 100 lecteurs, 25 000$ pour un plan d’affaires rédigé par une stagiaire qui travaille gratuitement, 4 000$ pour un acte de vente chez un notaire, etc. Vous comprenez mon point ? Assurez-vous que le ‘’pro’’ qui vous accompagne soit là pour les bonnes raisons, c’est-à-dire votre succès COMMUN, à vous deux et non pour satisfaire les exigences de rendement fixés par son cabinet fancy. (En passant même si son boss vous a vu l’autre jour et était tout sourire, il n’a rien à ciré de vous sauf si votre nom de famille est Bombardier, Molson ou que vous êtes Mitch Garber. Vous avez peut-être une chance d’être dans ses pensées si vous venez de faire un bon coup ou allez en faire un prochainement).

J’ai été poignardé dans le dos à ne nombreuses reprises et ce, dès que j’ai passé à une firme plus abordable et plus honnête, soyez plus futés qu’eux ! J’aime mieux travailler avec un seul guerrier qui veut me voir heureux et victorieux que 10 soldats qui travaillent sur mon dossier et qui en gèrent 200 parallèlement. Croyez-moi.

 

Penser au futur avant de brûler un pont.

Il faut réfléchir avant de tourner le dos à quelqu’un. Oui, dans certains cas, le ménage s’impose et il faut le faire, mais dans la plupart des cas, il n’y a à peu près rien que le temps ne peut arranger, alors pensez-y 2 fois avant de vous faire un nouvel ennemi. De nos jours, les SMS, les courriels, Messenger, Instagram, Twitter etc. nous font écrire des choses qui nous n’oserions jamais dire en personne. Avant de cliquer sur send, Simplement se demander, si j’étais devant lui ou elle, est-ce que je dirais la même chose ? Il faut respirer, prendre le temps. J’ai fait plusieurs erreurs à ce niveau, vous pouvez faire beaucoup mieux que moi !

 

$ Money can’t buy happiness:

 

En mettre de côté $

J’ai eu de très belles années. Le seul hic, il faut penser au futur ! Oh la la… Quand tu es en super forme, mi- vingtaine, ta première priorité n’est pas le ralentissement du marché immobilier, la bourse ou l’augmentation du taux de chômage. Tu surf une vague, tu as l’impression que tu vas la surfer toute ta vie et encore pire, tu as l’impression que tu vas rester en croissance jusqu’à ce que tu touches les étoiles (ça c’est le moment exact où tu visualises ton prochain achat stratégique : Bateau, Avion, Moto).

Il faut malheureusement se calmer le pompon, mettre minimalement 25% de tout ce qui rentre (brut) de côté et faire semblant qu’il n’existe pas. J’écris ce texte en cotton ouatéet oui, j’aimerais bien récupérer les milliers dépensés en complets (qui sont maintenant trop serrés) et les investir en pub pour ma startup. J’aimerais aussi annuler mes achats de Vodka et de Cognac pour ces gens dont je ne me souviens même plus, malheureusement, on appelle ça l’expérience ! Mettez-en de côté, les temps sont durs et le seront encore plus.

 

Le portefeuille. (ne soyez pas celui des autres !)

J’ai la maladie de ‘’prendre le bill’’. Récemment j’ai été invité dans une soirée VIP par un multimillionnaire qui génère pas moins de 50 000 000$ en revenus annuellement. Devinez quoi, il m’a demandé de payer ma part de la soirée, ce que j’ai accepté de faire avec grand plaisir. Cette personne à gagner mon respect, mon estime et cet événement à confirmer ma pensé : Ne pas payer pour les autres. Oui, la politesse l’emporte. Si tu invites un client, un collègue ou un partenaire à diner, il s’attend clairement à ce que tu ‘’ramasses’’ et tu devrais le faire. Je parle du souper entre amis, le lunch, le 5 à 7 etc. Dans mon cas, ce qui a été offert au cours des 10 dernières années se calcule dans les 5 chiffres, si ce n’est pas dans les 6 chiffres. Soyez futés, payer votre part, c’est tout. C’est déjà très bien en passant parce que plusieurs sont de niveau expert pour aller aux toilettes, oublier leur portefeuille, oublier leur NIP ou attendre que la paie ‘’dégèle’’ pour payer ne serait-ce que leur part.

 

Cashflow (Ça en prend !)

Pour avoir navigué avec le pire cashflow qu’il est possible d’avoir = l’immobilier ! Tu déposes à peu près tout ce que tu as dans ton compte en mise de fonds, tu empruntes pour acheter un terrain, un immeuble, tu empruntes encore pour faire des infrastructures ou rénover, tu empruntes, empruntes, empruntes et un moment donné, si ça marche bien, tu peux vendre des terrains ou ‘’flipper’’ ton immeuble (le refinancer sinon, tiens empruntes encore !) Tu seras remboursé une fois que tout le monde, tes créanciers en premier, auront pigés dans le buffet. (Ça ressemble un peu à un baril de PFK donné à des cochons dans un ZOO ce magnifique moment du ‘’partage’’ chez le notaire), en tant que promoteur, tu ramasses les restes.

Ma suggestion concernant les revenus s’appelle le supplice de la goutte. C’est une obligation d’avoir des revenus récurrents. Oui obligatoire ! Que ce soit de la vente de T-Shirts en ligne, des revenus de ventes sur eBay, n’importe quels revenus passifs sont acceptés et sont obligatoires pour pouvoir passer du temps en famille (ou avec vos amis pour lesquels vous ne payez désormais plus le bill) sans se faire perturber par des dizaines de SMS de clients et fournisseurs. En tant que comptable : Un eBook avec 10 techniques simples pour économiser de l’impôt. Avocat ? Un site sur lequel tu vends des modèles de contrats et documents en format DOC ou PDF pour les PME qui démarrent. Les exemples sont vraiment nombreux, les ressources sont illimitées avec le web et tout ça peut se faire en quelques jours. En résumé : Des revenus qui rentrent tout le temps, à petites gouttes et ne pas geler ses billes dans un projet pendant trop longtemps. Je suggère fortement de lire la semaine de 4 heures de Tim Ferriss, le livre est basé là-dessus et ça marche.

 

La sagesse est fille de l’expérience

 

Construire sur du solide, une étape à la fois

J’ai déjà piloté 6 projets immobiliers simultanément. Tu pousses partout en même temps, tu te sens fort de pouvoir en faire autant mais tu laisses une petite trainée invisible derrière toi : Les papiers mal remplis, les contrats signés trop vite et les gens qui ont compris que tu agissais vite (sans vraiment lire ou comprendre) donc qui en ont profité. Pire, avec tout ce que tu fais, tu penses déjà à ce que tu vas faire dans le futur. Je peux affirmer sans l’ombre d’un doute que tout, TOUT ce qui n’est pas bâtit sur une fondation solide fini par se briser. Locataires insatisfaits, poursuites, voisins en colère, associés qui tirent la couverte, banquier qui crie pour avoir tes états financiers à jour, retard de livraison etc. Un jour ou l’autre, le maillon oublié, ou le plus faible de la chaîne se brise et les conséquences arrivent. En résumé : Le temps passé à réparer coûte plus cher que le temps passé à bien planifier. Un projet, une réalisation solide, vaut plus que 10 projets tout-croche.

 

Travailler dans une niche.

Ça prend une niche. Si je suis en immobilier, alors ça peut être les logements résidentiels, les locaux commerciaux, le développement de terrains ou les résidences pour personnes âgées. UNE niche, c’est une partie d’un secteur dans lequel vous aurez la chance de briller, de faire la différence. Je suis excellent pour surmonter les épreuves difficiles, surmonter les troubles, mais je suis pourris avec la clientèle, je suis un gros 0 avec les suivis minutieux (heure précise, tâche précise à un moment précis) alors j’aurais probablement tué des ainées en étant responsable de leur médication. J’ai tiré dans plusieurs sens et j’ai perdu énormément de temps et d’argent en agissant ainsi. En résumé : En bâtissant du solide, une étape à la fois, dans une niche bien établie, vous deviendrez un maître et serez sollicités de toutes parts.

 

Respecter sa parole et livrer à temps

J’ai eu la chance de travailler avec 2 types de personnes qui m’ont vraiment donné un coup de barre dans la face ! Des madelinots et des développeurs web. Aux îles on ne récompense pas la réussite, on punit l’échec, vous comprenez ? Vous n’êtes pas bon parce que vous avez réalisé ce à quoi on s’attendait de vous, vous serez réprimandé si vous manqué votre coup ! Pour les développeurs web, si vous devez être présent à une rencontre à 13h00, soyez-y car à 13h01 votre crédibilité en prendra un solide coup ! Si vous devez virer 25$ avant 16h00, ne virez pas 26$ à 16h15 car vous ferez l’objet d’une plainte ou serez catégorisé comme non-viable et mettrez en péril l’écosystème complet du bureau.

Ce qu’il faut comprendre, en résumé : Livrer la marchandise à tempscomme convenu et exactement selon les termes de vos ententes. Ne cherchez pas la gratification ou les récompenses, concentrez-vous sur le livrable et continuez d’avancer.

 

Conclusion

Si j'avais une machine à remonter dans le temps et que j'arrivais à côté de mon jeune moi en 2006 (mise à part de m'ordonner de changer de coupe de cheveux et de jeter ma fausse cravate Burberry rose) ce sont probablement les 8 conseils ou les 8 items que j'aimerais m'enseigner. Je souhaite qu'ils vous soient utiles.

 

Bonne semaine !

 

Yanik G.